46 rue Louis Auroux, 94120 Fontenay-sous-Bois
Vous êtes ici : Accueil » Ressources » La pensée du jour » Royaume de l’amour ou du « chacun pour soi » ?

Royaume de l’amour ou du « chacun pour soi » ?

D 9 août 2020     H 09:13     A     C 0 messages


Sa bannière sur moi, c’est l’amour. Cantique des cantiques 2 : 4

Tu as donné une bannière à ceux qui te craignent, pour la déployer à cause de la vérité. Psaume 60 : 4

Chaque pays a son drapeau. Sans parole, sans inscription, il permet d’identifier une armée, une équipe, une ambassade. Il en est de même dans le domaine spirituel. Le royaume de Dieu a pour bannière l’amour. Jésus a dit : « A ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour entre vous » (Jean 13 : 35).

Si je vis dans l’obéissance au Seigneur, les hommes me reconnaîtront comme chrétien par le signe de l’amour. Ils verront que j’aime vraiment les autres et que je m’élève au-dessus des différences sociales et culturelles. Sans que je parle beaucoup, sans que je porte un signe distinctif, ils concluront que je suis du royaume de Dieu. Ils verront son drapeau flotter sur toute ma conduite.

A l’opposé, la bannière du royaume des ténèbres est le moi-même, l’égoïsme. Au lieu d’aimer les autres, je m’aime moi. Je vis pour moi, je me préoccupe de ma personne, tout converge vers moi. Je sais être poli, agréable aux autres, mais au fond c’est pour moi. Cela entraîne beaucoup de difficultés le monde est alors la scène d’un conflit permanent de « moi » égoïstes sur laquelle flotte la bannière du « chacun pour soi ».

Qui ne voudrait pas que sa vie ait pour moteur l’amour ? Mais où trouver la force d’aimer ? L’amour ne se trouve pas au fond de ma nature dominée par l’orgueil et l’égoïsme. Il est en Dieu, en Jésus Christ. Je rencontre l’amour, non quand je veux aimer, mais quand je découvre combien j’ai été aimé.

Dans la même rubrique

13 août – La patience

8 août – Dieu nous écoute

5 août – Respect du code de la route

4 août – Comme un chien dans la cave

3 août – Faire route avec Jésus